METAYER PRESIDENT

10 mai 2021

LE VRAI, LE BIEN, LE BEAU

LE VRAI

LE BIEN

LE BEAU

Secrétariat : contact@comitefrance2022.fr - Tél 06 73 32 46 02

Posté par acpafpe à 16:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

06 mai 2021

L’UNION SACREE DE LA NATION

L'HOMME NOUVEAU

Construire et préserver l’union sacrée de la nation sera ma priorité. Nous y arriverons tous ensemble en installant la valeur de respect à tous les niveaux de la société. C’est à partir du respect d’autrui où l’on peut construire un projet de société humaniste. C’est à partir du respect que l’on peut garantir l’ordre républicain. Respecter et être respecté, voilà la clé de voûte du nouveau paradigme.

Secrétariat : contact@comitefrance2022.fr - Tél 06 73 32 46 02

Posté par acpafpe à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 mai 2021

SORTIE DU LIVRE "LA VOIE DU JUSTE ET DU BON SENS" DE JEAN-YVES METAYER SUR AMAZON

LA VOIE DU JUSTE

Le vieux système des partis, c’est fini. La volonté de construire une alternative crédible au monde politique de la division est devenue une idée essentielle, elle est Hors Système car elle ne peut être réduite à un simple courant qui serait cloîtré à l’intérieur du vieux labyrinthe des partis dont les murs s’effondrent un peu plus tous les jours. Le moment est arrivé de promouvoir l’idée d’un nouvel humanisme à vocation majoritaire. Gouverner une nation ce n’est pas une affaire de partis, c’est l’affaire de chaque citoyen. Enfin, toutes les tendances politiques seront représentées à l’Assemblée nationale grâce à la pure proportionnelle intégrale. Un nouveau pacte social sera le guide de la transition politique pour une France plus juste, plus haute, plus forte.

PHOTO LIVRE 2

Posté par acpafpe à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

30 avril 2021

LA CROYANCE AU POSSIBLE

LA CROYANCE AU POSSIBLE

La croyance au possible est la clé de la réussite de notre grand projet pour la France et l’humanité car la victoire prend sa source dans la croyance. Il faut y croire pour le voir et non le voir pour y croire.

Cette croyance au possible, c'est ce qui manque aujourd'hui à la France. C'est normal car le système a installé chez un grand nombre de personnes le doute permanent. Moi, j'ai toujours gardé cette croyance au plus profond de moi-même, je sais qu'il est possible d'obtenir des diplômes à plus de 45 ans. Oui, tout est possible, même de jouer Mozart à 11 ans ou diriger un orchestre à 20 ans. Ce fut la première partie de ma vie.

Aujourd'hui, je vous invite à nous rejoindre pour continuer ensemble à croire dans la possible victoire du bien commun dans l'intérêt supérieur de la nation, pour la cause du peuple, pour une France plus juste, plus haute, plus forte.

LA CROYANCE AU POSSIBLE 2

Secrétariat : contact@comitefrance2022.fr - Tél 06 73 32 46 02

Posté par acpafpe à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 avril 2021

AVEC METAYER NOUS ALLONS RECONSTRUIRE LES REPERES DE LA NATION

LES REPERES DE LA NATION 1

LA FRANCE A OUBLIÉ SON ROMAN NATIONAL

Nous allons reconstruire les repères de la nation à partir d'une nouvelle éthique basée sur le respect, le juste, le bon sens et la liberté.

Telle est notre mission.

NATIONALITE FRANCAISE 2

 

ROMAIN NATIONAL

Secrétariat : contact@comitefrance2022.fr - Tél 06 73 32 46 02

Posté par acpafpe à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

NATIONALITE FRANCAISE : CE QUI CHANGERA AVEC METAYER PRESIDENT

NATIONALITE FRANCAISE 1

Aujourd’hui, en France, avec le droit du sang, on obtient la nationalité française si l’un des deux parents est français.

Pour les enfants nés en France de parents étrangers, c’est le droit du sol qui s’applique. L’enfant obtiendra donc la citoyenneté française à 18 ans s’il possède un certificat de naissance en France, s’il réside en France et s’il y a vécu au moins 5 ans depuis l’âge de 11 ans.  

Avec le double droit du sol, si un parent étranger, mais né en France, a un enfant sur le sol français, celui-ci bénéficie du droit du sol et donc de la nationalité française à sa naissance. Actuellement un citoyen étranger peut acquérir la nationalité française s’il se marie avec un ou une Française avec au moins 4 ans de vie commune. 

Pour les enfants nés en France de parents étrangers, la nationalité française ne sera plus acquise automatiquement. Un enfant de parents étrangers pourra devenir citoyen français à sa majorité s’il en fait la demande, s’il réside en France depuis au moins 8 ans, si son casier judiciaire est vierge, s’il passe avec succès un examen de langue française (oral et écrit) et de culture générale, s’il obtient un avis favorable après un entretien avec un psychologue portant sur ses motivations profondes de devenir français.

Enfin, à la suite de ce parcours, la personne devra prêter serment sur les lois de la République française devant un collège de représentants de l’état et le maire de sa ville. Ce collège lui rappellera ses droits et ses devoirs. Il en sera de même pour toute demande de naturalisation. Un seul pays ne peut pas recevoir tous les citoyens du monde, chacun le comprend bien. Il est indispensable de gérer, réguler et maîtriser les mouvements de populations afin d’éviter de susciter la haine de l’étranger.

C’est la voie du juste et du bon sens et c’est de cette manière que nous repousserons tous les racismes en France.

NATIONALITE FRANCAISE 2

Secrétariat : contact@comitefrance2022.fr - Tél 06 73 32 46 02

Posté par acpafpe à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

AVEC METAYER NOUS REPRENDRONS NOTRE LIBERTE

DICTATURE

Pour que les citoyens, dans chaque nation, puissent s'exprimer librement et faire entendre la voix du respect, de la justice et de la liberté, pour que l'esprit de rassemblement contre le système de l'économisme total l'emporte sur la dictature du capitalisme financiarisé mondialisé, nous devons maintenant amorcer notre déconditionnement politique pour libérer notre mental de la dictature de la pensée unique et sortir du formatage d’état qui permet d'élire et de réélire, depuis bien trop longtemps, ces gens du système des partis, qu'ils soient de gauche ou de droite. La clé de la réussite de ce processus de libération est en vous-même, il suffit d'en prendre conscience et l'intelligence du cœur guidera vos pas sur le chemin du bon sens.

DICTATURE 3

DICTATURE 2

Secrétariat : contact@comitefrance2022.fr - Tél 06 73 32 46 02

Posté par acpafpe à 09:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 avril 2021

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE CULTURELLE ET D'EDUCATION NATIONALE

POLITIQUE CULTURELLE

Nous commencerons par redéfinir la mission culturelle de la France. La culture ne s'arrête pas à la gestion des théâtres, des centres culturels,  des conservatoires, des orchestres et des centre chorégraphiques. La culture c'est aussi l'éducation de tout un peuple, l'éveil de la jeunesse en lui apportant un enseignement général propice à son évolution. Pour mener à bien cette mission, nous réunirons l'éducation nationale, la jeunesse et les cultes dans le grand ministère de la culture avec un ministre d'état et quatre ministres délégués. 

Le ministre délégué aux relations avec les religions devra organiser les rencontres des divers cultes afin qu'ils puissent s'enrichir les uns des autres et apprendre à mieux se comprendre et donc à se respecter. 

Le ministre délégué à l’ éducation artistique valorisera tous les acteurs du monde des artistes, créateurs, acteurs, compositeurs, professeurs, musiciens, danseurs, chanteurs, avec une attention particulière pour les intermittents du spectacle

Le ministre délégué à la jeunesse sera chargé de l’élaboration de nouveaux programmes d’éveil, de découvertes, d’échanges et de partages pour redonner du sens et du désir chez les plus jeunes. 

Le ministre délégué à l’éducation nationale organisera un audit auprès des enseignants pour comprendre au mieux l’ensemble des problèmes rencontrés avant de concevoir les nouvelles grandes orientations et les nouveaux programmes de la mission d’éducation de la nation française.

ENTREPRENDRE ET CREER

Secrétariat : contact@comitefrance2022.fr - Tél 06 73 32 46 02

Posté par acpafpe à 15:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 avril 2021

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE ECO-CITOYENNE

ECO CITOYENNE

Mon expérience avec le Think Tank Les Eco-Citoyens Humanistes International, structure totalement indépendante de tous les mouvements politiques, m’a permis d’observer l’évolution des projets dans le domaine de l’écologie, du respect de l’environnement et la sauvegarde des écosystèmes. Le résultat de mes observations me conduit à penser que nous devrons créer un Conseil Scientifique de l’Environnement.

Aujourd’hui, il ne me semble pas possible de confier les dossiers liés à l’écologie uniquement à des partis politiques. Il est grand temps de faire appel à des scientifiques, de les réunir pour étudier tous les grands problèmes sous leurs divers aspects.

Ce Conseil Scientifique travaillera de concert avec le Ministère de l’Ecologie, l’Aménagement du territoire, du logement, des transports et de la condition animale.

Une politique de grands travaux sera lancée par l’état français pour la construction de nouveaux Eco-villages, partout où cela sera réalisable car le temps est venu de réduire le nombre d’habitants dans les grandes villes. La question de l’écologie doit maintenant sortir de l’esprit de concurrence créé par les différents partis politiques en périodes électorales. L’écologie désormais sera l’affaire de tous les citoyens. Les dossiers seront également abordés par les Assemblées Citoyennes Départementales.

ECO CITOYENNE 1

 Secrétariat : contact@comitefrance2022.fr - Tél 06 73 32 46 02

Posté par acpafpe à 15:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 avril 2021

RELANCER L'EXISTENCE POLITIQUE DE LA FRANCE

ETHIQUE EXISTENCE

Exister, c’est être « capable de se projeter » selon la philosophie existentialiste. Il y a un mouvement qui donne existence à … Il est autant question de la capacité que de l’action de se projeter. L’homme politique doit avoir cette capacité, mais aussi la volonté car il peut être « capable » mais ne pas le « vouloir ». Si je suis capable et si je suis volontariste sur une dynamique de projection, alors mon existence politique se dessine. La capacité de se projeter ne doit pas perturber l’essentiel de la démarche politique ou pire encore, provoquer un désintérêt pour l’éthique. Celle-ci est fondée sur des sentiments profonds, on pourrait dire que c’est la couche profonde de l’existence politique. L’éthique ne varie pas selon les expériences. Au contraire, l’existence est sans cesse empreinte d’éthique et l’éthique a besoin de l’existence politique pour être projetée, sortir de la pensée individuelle et tenter de se frayer un chemin vers la réflexion puis la conscience collective. C’est l’existence qui permet le passage de l’individuel au collectif. Nous comprenons toute l’importance de la dynamique de projection. Beaucoup de gens « pensent », plus rares sont ceux ayant cette capacité volontariste.

Le délaissement ou l’absence des valeurs sont la conséquence d’une « existence politique » défaillante. Le rôle, la mission des partis politiques aurait dû être de favoriser cette existence. Un parti comme lieu de culture, d’analyse et de proposition aurait dû susciter l’éclosion d’une existence collective, consciente et évolutive sur la base d’une éthique approuvée collectivement. L’expression de cette éthique est nécessairement évolutive avec le temps mais l’éthique, elle-même, est fidèle aux valeurs qu’elle contient. La communication ne doit jamais desservir l’éthique. Elle doit au contraire rechercher les termes et les images qui permettront la meilleure compréhension possible du message. La communication politique fait partie intégrante de l’existence politique. Un monde sans éthique ne peut connaitre la moindre existence politique sans pour autant ne pas « subir » une communication de surface. En effet, certains pratiquent la communication sans avoir d’existence. Le marketing politique remplace l’existence politique, avec comme objectif de séduire un électorat. Les études d’opinions remplacent l’éthique. Ce n’est plus l’éthique qui indique une voie, un cheminement, mais les désirs immédiats. Les citoyens éclairés ne peuvent se reconnaitre dans certains programmes élaborés sur des sondages réalisés en quelques jours à partir d’une série de questions appelant des réponses courtes et sans délai de réflexion. L’action et l’attitude électoralistes remplacent l’action politique. Les slogans remplacent le débat d’idées. Quelle est la valeur d’un slogan issu d’une étude d’opinion ? Ce slogan peut capitaliser sur lui des milliers de votes de citoyens abusés, n’ayant pas eu la possibilité (le temps, la connaissance) de participer à une véritable analyse de la situation.

Certains slogans suscitent la haine pour tenter de gagner une élection.

Qu’en est-il de l’amour et de la haine dans le champ politique ?

L’amour et la haine semblent se faire concurrence tout en n’étant pas sur le même terrain, l’amour tentant de gagner les cœurs tandis que la haine vise le côté le plus sombre de l’être humain. Aussi, posons-nous la question de savoir s’il est plus facile d’aimer ou de haïr ? Nous ne pouvons plus nous contenter de répondre que de toutes façons, « la haine succède à l’amour », comme si personne n’y pouvait plus rien. Demandons-nous plutôt quand l’amour succédera-t-il à la haine durablement ? Nous constatons qu’il est plus facile de rejeter la faute sur l’autre, sur les autres, si nous profitons au passage d’en faire une généralité. L’autre devient très vite le bouc-émissaire. La culture de la haine est donc à la portée de tous. N’importe quel manipulateur qui a compris cette faille chez l’être humain peut agiter son drapeau et attirer les foules. L’ignorance est l’amie de la haine et de ceux qui s’en servent pour en faire un système lucratif de pouvoir politique, procédant ainsi au formatage des populations. Quand l’amour succédera-t-il à la haine ? Comment l’amour peut-il vaincre la haine ? Il semble que l’être humain ne soit pas toujours à même d’aimer. A force sans doute de ne pas ou de ne plus s’aimer lui-même, il en arrive à ne pas aimer les autres ou ne plus les aimer jusqu’à les détester au point de les tuer ou de vouloir les faire tuer au nom d’une prétendue vérité. Une stratégie du crime se met en place et devient la « raison politique ».J’oppose dès maintenant « raison politique » et « existence politique » pour mieux situer cette dernière. La raison politique n’est pas la politique de la raison. Le pouvoir politique doit être issu d’une existence politique et non d’une raison politique circonstancielle de surface, même si cette raison arrive à convaincre une partie de la population. Cela nous amène à nous poser plusieurs questions sur le « système majoritaire ». Celui-ci est-il toujours en phase avec les valeurs que la démocratie est censée défendre ? Le système majoritaire peut-il favoriser l’élection d’un candidat opportuniste qui aura su capitaliser des voix sur un slogan ? Nous voyons en effet que le « principe de la démocratie » peut permettre l’élection d’un parti pernicieux selon le système majoritaire et ainsi donner une « assise démocratique » suffisante pour gouverner à un mouvement qui pourra remettre en cause les valeurs mêmes de la démocratie. Cette situation peut se produire lorsqu’une éthique n’est plus suffisamment transmise, lorsque la démagogie a remplacé la pédagogie, lorsque les partis sont eux-mêmes tentés par des thèses nocives, par contagion ou par opportunisme. La politique de la raison développe les facultés de comprendre la société et son évolution en intégrant pragmatisme et sentiment moral. L’homme politique est la personne qui observe la société, la comprend et propose une ligne politique à partir de sa propre existence politique. Il ne se contente pas de « penser le monde », il est aussi capable de passer à l’action comme manifestation de son propre système élaboré dans le creuset de son existence. L’homme politique est un sujet engagé au service de la cohérence de la pensée et de l’action, au sein de la nation, au service de la nation. Il refuse « l’effroyable » au prix de l’engagement de sa propre existence. Celle-ci va devenir politique, « existence politique » lorsque sa capacité de projeter va entrer en action, dans l’action collective, recherchant sans cesse le pragmatisme et l’évolution positive, refusant l’immobilisme pour trouver des réponses « justes » aux problèmes posés dans la société, par la société.

Tentons maintenant de définir « l’inexistence politique ». Que reste-t-il lorsque l’éthique n’est pas défendue ? Que deviennent les valeurs de respect, de justice sociale, de solidarité et de fraternité ? L’inexistence viendrait de l’incapacité à se projeter, problème du « pouvoir faire » et de l’absence de volonté de rentrer dans l’action, problème du « vouloir faire », absence de volonté de bâtir, de construire, de participer au travail collectif qui caractérise pourtant l’engagement politique dans la société. Et pourtant, il semble bien que des femmes et des hommes soient « entrés » en politique par défaut, pour d’autres raisons que de vouloir faire progresser l’humanité. Autant dire que ce n’est pas la recherche de la sagesse qui stimule ces « acteurs » vedettes plus occupés à jouer leurs rôles que de chercher à travailler sur le fond des problèmes. Leurs principales préoccupations sont fixées sur leurs réélections et sur les sondages. La question devient « comment arriver au pouvoir ? » (ou y rester), et non « comment trouver des solutions durables pour le progrès de l’humanité ? ». Très loin d’une philosophie de la politique qui analyserait le sens de la politique, l’inexistence politique interprète les faits selon l’électorat que l’on cherche à capter. Alors que l’humanité a besoin d’un travail régulier d’approfondissement des expériences humaines, de procéder à des études comparées, les partis politiques se contentent d’aligner un programme standard en quelques points. Celui-ci n’étant pas évolutif puisque figé sur des points fixes, tout pragmatisme devient impossible. Le dogmatisme ne conçoit pas sa propre évolution, n’envisage pas la remise en cause de sa théorie, au risque de ne jamais pouvoir répondre aux grands problèmes de son temps. Nous comprenons aujourd’hui que nous ne pouvons pas faire l’économie d’une analyse au temps présent si nous voulons trouver des réponses spécifiques et cohérentes. L’analyse politique et géopolitique est devenue indispensable. Elle doit précéder toutes décisions et succéder à toutes actions afin de mesurer au jour le jour ses résultats et d’évaluer son efficacité. Il semble que la société moderne rencontre un réel problème au niveau de l’analyse. La collecte des informations fonctionne plutôt bien mais il y a un blocage au stade de l’analyse. Comment trouver une réponse « juste » sans avoir analysé le problème en profondeur ? Comment construire une politique de la raison sans avoir développé le « savoir analyser » ? Analyser un problème politique, c’est d’abord regarder sans filtre pour observer « ce qui existe ». A quoi sert d’amasser des tonnes d’informations si nous ne sommes pas en mesure de les analyser ? Après l’analyse apparait la raison objective.

Je pense que « l’existence politique » comprend, englobe à la fois la recherche des connaissances, l’analyse des éléments, la politique de la raison, la capacité et la volonté de passer à l’action. La raison a besoin d’être « projetée » pour qu’elle devienne véritablement « existante ». Cela nous renvoi au désir, à notre désir de raison, mais aussi à notre désir d’action, à notre désir d’entrer en action, soit dans une action individuelle, soit dans une action collective qui implique une mise en concurrence de nos réelles possibilités. Suis-je capable de projeter moi-même une proposition issue du champ de la raison ? Il y a donc un cheminement à prendre en compte qui part de l’information allant vers l’analyse puis vers cette « raison » espérée pour trouver enfin une voie d’application. La politique de la raison fait donc partie intégrante de l’existence politique. En d’autres termes, lorsque la politique de la raison aboutit à son application, ayant donc été projetée par « volonté d’action », il y a « existence politique ». Aussi pouvons-nous dire que l’existence politique nationale est un processus qui se situe dans le prolongement de notre éthique. L’éthique de la nation étant elle-même, un libre cheminement vers la sagesse, l’existence politique de la France sera donc à la fois le compositeur et le chef d’orchestre d’une nouvelle symphonie à la vie, pour une société plus juste, plus haute, et plus forte.

© Tous droits réservés - 2021

EXISTENCE POLITIQUE

Secrétariat : contact@comitefrance2022.fr - Tél 06 73 32 46 02

 

Posté par acpafpe à 10:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :